Alors voilà, je me lance dans l'aventure du blog, je pense que ce sera une sorte de thérapie pour moi, parler d'un sujet un peu tabou et si culpabilisant. J'espère également pouvoir éclairer certaines femmes qui recherchent des infos et des témoignages sur le sujet.

Je m'appelle Claire, j'ai 27 ans.

Je suis l'heureuse maman de deux petits garçons de 1 an et 2 ans et demi. J'ai tout pour être heureuse, un amoureux génial, deux petits bonhommes en pleine santé, beaux, affectueux, intelligents, un super boulot... et pourtant, il me manque ce petit quelque chose pour me sentir comblée... avoir une fille!

Aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours eu le sentiment que je n'aurai que des garçons. Aussi fort que l'idée que j'aurai 3 enfants. Au collège je gribouillais dans mes agendas des prénoms uniquement masculins. Je le savais au fond de moi, je n'aurai pas de fille.

Puis un jour j'ai rencontré l'homme de ma vie, celui avec qui cette forte envie de maternité pouvait se concrétiser. Au bout de deux ans d'amour fou nous avons décidé de nous lancer dans cette belle aventure.

Deux mois plus tard un beau "plus" apparaissait sur un test de grossesse. Quel bonheur! Cette folle sensation inexplicable que nous avons face à un simple bâtonnet plein d'urine et pourtant si précieux. Nous allions devenir parents! Je n'étais que bonheur, j'ai souri de longues semaines aux inconnus dans la rue, me suis émerveillée devant une fleur, une lumière... J'étais hermétique à toutes les mauvaises ondes, à la mauvaise humeur, aux mauvaises nouvelles, rien ne pouvait atteindre le petit nuage de bonheur sur lequel je flottais. A 13 sa nous nous sommes rendus à la 1ere écho avec mon amoureux. Lui souhaitait un garçon en bon macho qui rêve de regarder le foot, faire du vélo et acheter des petites paires de nike.(oui oui on est dans le cliché) Moi je n'avais pas vraiment de préférence car je voulais plusieurs enfants. Une légère peut être pour une fille, toujours à cause de mon instinct qui me disait que je n'aurai aucune difficulté à avoir des garçons. Nous apprenions ce jour-là que c'était bien un petit gars. 5 mois plus tard Isaak est né.  Bonheur immense, je devenais maman. Mon fils était tellement beau, tellement parfait. J'étais la plus heureuse du monde. Nous avons vécu dans un petit cocon d'amour (et de nuits blanches ) durant 5 mois avant qu'un pressentiment me fasse faire un test de grossesse. J'étais de nouveau enceinte. Cette fois la phase "grosse angoisse" a pris le pas sur celle du "petit nuage" mais très vite nous avons digéré la nouvelle pour enfin me ré-émerveiller devant les petites fleurs!

L'envie d'une fille est devenue très forte. L'attente de l'écho était très longue. Je ne pensais qu'à ça. J'ai été jusqu'à acheter des tests américains sur internet sur le même principe qu'un test de grossesse urinaire sauf qu'à la place du plus c'est une couleur qui apparait. Le mien est apparu rose! Le lendemain nous nous rendions chez le gynéco, qui nous apprenait qu'Isaak allait avoir un petit frère. Petite déception pour moi très vite balayé par les nombreux avantages! Déjà l'amoureux était aux anges (je comprenais qu'il ne voulait pas de filles très angoissé par leur éducation) , puis j'étais ravie pour mon fils à qui nous faisions un vrai cadeau, un petit frère très rapproché! Et puis côté pratique nous n'avions rien à racheter. Le soir même la nouvelle était devenue bonne nouvelle. Cette grossesse a été compliquée, nous avons eu très peur de le perdre à de nombreuses reprises. Cela m’a fait réaliser que le sexe était secondaire. Finalement dans un ouf de soulagement Issa est né quasi à terme et en pleine forme. Nouveau bonheur dans ma vie, nouvel amour. Mes 3 hommes, et moi!